FSU Bourgogne

Déclaration de la FSU au CTA du 26 juin 2012

lundi 25 juin 2012 par webmestre

Le président de la République a fait de l’école publique et laïque une priorité pour la Nation. La FSU s’en félicite. Il s’agit maintenant de donner une réalité à cette ambition.
Tous les personnels attendent d’être reconnus et respectés, ils doivent être associés à chaque étape des réformes nécessaires et devenir les acteurs du changement car rien ne se fera sans eux ni contre eux.

Pour la FSU, la rupture doit commencer dès la prochaine rentrée. En ce sens, la FSU se félicite des 1000 postes annoncés pour le premier degré et perçoit cette décision comme un premier signe. Il faut d’urgence prévoir d’autres mesures pour les services, le 1er et le second degré, revenir sur les suppressions de postes, assurer le réemploi de tous les non titulaires, contractuels de droit public ou recrutés en CUI.

En tant qu’organisation syndicale indépendante, la FSU appréciera chaque réforme à l’aune de ses mandats.

Nous nous félicitons de l’abrogation du décret sur l’évaluation des personnels. Mais que de temps et d’énergie perdus pour enfin écouter les personnels sur ce sujet.

Si le changement est annoncé au niveau national, il doit aussi se traduire concrètement sur le terrain mais aussi dans la gestion académique.
Cela passe par un changement dans le dialogue social mené avec les organisations syndicales en leur donnant notamment les moyens de fonctionner. Il faut arrêter de considérer les partenaires syndicaux comme des entraves ou des obstacles.

Votre refus de placer les stagiaires sur des BMP est injuste pour les collègues titulaires et stagiaires. Nous demandons à ce qu’il nous soit assuré qu’aucun stagiaire n’ait d’heures supplémentaires à la rentrée et que les pressions sur les heures supplémentaires cessent.
Concernant la formation des stagiaires, même si nous avons posé une question diverse sur ce point, nous souhaitons réaffirmer que le jour de formation ne peut se tenir le mercredi.

Nous demandons à nouveau dans cette instance qu’un groupe de travail sur l’affectation des TZR se tienne enfin. Par ailleurs nous demandons à être destinataire des blocs de moyens supports et des vœux des collègues. Nous dénonçons le fait que les collègues affectés en ZR en extension ne puissent pas formuler de vœux. Nous demandons que des contacts soient pris avec les collègues pour qu’ils puissent en faire.

L’intégration des infirmières dans la catégorie A doit être l’occasion de porter un nouveau regard sur leurs fonctions à l’EN.

Plus précisément sur l’ordre du jour :
Sur la répartition des moyens, nous demandons quelles sont les clés de répartition pour le 1er degré, nous demandons également quelles sont les mesures prévues pour le second degré : décharge des stagiaires, moyens supplémentaires, postes de CPE, administratifs…
Nous demandons que l’installation des CHSCT soit l’occasion de prendre en compte les conditions de travail de la profession dans toutes ses dimensions. Pour qu’ils puissent fonctionner à plein, cela passe notamment par l’attribution d’une décharge fonctionnelle à leurs secrétaires qu’il est souhaitable d’acter dès maintenant étant donné la proximité de la rentrée scolaire.
Sur les indicateurs LOLF, nous demandons plus de continuité sur ce travail et rappelons que l’Education Nationale ne se pilote pas qu’avec des taux et des moyennes.

RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives