FSU Bourgogne
YONNE

RETRAITES

Cotiser à hauteur de ses moyens, bénéficier à hauteur de ses besoins

lundi 3 mai 2010 par webmestre

Parce que le « Dossier Retraites » mérite un front uni de tous les salariés, les organisations
syndicales icaunaises s’engagent ensemble sur une plateforme revendicative qui
permette à chacun de partir et vivre décemment en retraite.
Pour populariser cette plateforme et démontrer sa crédibilité, elles ont décidé d’animer ensemble
des réunions publiques sur l’ensemble du département tout au long des mois de
mai et juin 2010.
Elles vous invitent à participer nombreux à ces débats pour construire, avec vous, les retraites
solidaires dont nous avons tous besoin.

La plateforme revendicative
« Retraites »
- Le droit à la retraite à taux plein dès l’âge
de 60 ans pour toutes et tous, dans tous les
régimes et sans autre condition que d’avoir une carrière
« complète ».
Le choix de partir ou non en retraite dès l’âge de 60
ans doit appartenir au salarié et à lui seul
- L’intégration dans la carrière des périodes
d’inactivité comme la recherche d’un premier
emploi, le travail à temps partiel non choisi, le
chômage, la maladie, l’invalidité, la maternité, etc.
- Pour une carrière complète, aucune retraite
inférieure au montant du SMIC net
Cette mesure de justice sociale permettra de corriger,
au moins en partie, les inégalités insupportables d’accès
à l’emploi, de rémunération et de promotion dont
souffre aujourd’hui un grand nombre de femmes.
- Un taux de remplacement du salaire net
par la pension nette au minimum de 75 %
pour une carrière complète de travail quel
que soit le régime de retraite, public ou privé.
- Ce taux de remplacement doit reposer sur
l’ensemble des rémunérations (toutes les
primes, l’intéressement, la participation...) qui doit être
soumis à cotisations patronales et salariales et constituer
ainsi des droits pour la retraite.
De même, la pension de réversion ne pourra pas être
inférieure à 75% et les conditions d’attribution seront
revues.
- Des pensions revalorisées indexées sur
les salaires. Cela permet d’assurer la solidarité
intergénérationnelle.
- Le retour, dans le secteur privé, au salaire moyen
des 10 meilleures années pour un juste calcul de la
retraite ; et le maintien à la référence des 6 derniers
mois pour le public.
- La réelle prise en compte des spécificités
liées au travail, notamment en matière de
pénibilité, et cela dans le secteur public comme
dans le secteur privé.

Tout au long des mois de mai et juin 2010, les organisations CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires, CFTC et FAFPT vous invitent à participer aux réunions publiques pour débattre de p ropositions com munes leurs propositions communes (voir dates et lieux au bas de la page)

Pour garantir la pérennité du système
solidaire des retraites par répartition,
les organisations syndicales icaunaises
exigent que la question du financement
des retraites soit traitée dans
sa globalité

Le financement du système de protection sociale est basé
sur des cotisations ; toute baisse ou augmentation des
cotisations impacte donc fortement le financement des
retraites.

Les 1ers leviers sur lesquels il est impératif
d’agir sont donc l’emploi et les salaires.

- Une politique de développement de l’emploi et
de maintien des activités sur le territoire, la revalorisation
du SMIC et l’augmentation des salaires,
contribuerait à élever le pouvoir d’achat direct
mais aussi à répondre aux besoins de financement
des retraites !
- Le système et le financement des retraites constituent
bien un choix de société.
Les organisations syndicales exigent
des financements à la hauteur des enjeux.
Pour cela, elles proposent de :
- Prendre en compte la totalité de la valeur
ajoutée de l’entreprise pour le calcul de la
cotisation patronale. Le taux variera en fonction
de la part des salaires dans cette valeur ajoutée.
- Supprimer les exonérations de cotisations
sociales et « aides à l’emploi » actuellement
consenties aux entreprises,
indistinctement, quelles que soient leurs politiques
d’emploi, de salaire, d’investissement productif, de
recherche ou de développement et, ce, malgré aucun
résultat tangible en matière d’emploi, bien au
contraire !
En 2008, près de 31Mds € de cotisations (chiffre en
augmentation de 13% chaque année depuis 4 ans)
ont échappé au financement de la sécurité sociale. A
comparer au fameux « trou » de 7,1 milliards d’euros
en 2009…
- Instaurer une cotisation sur les revenus
financiers des entreprises.
- Reprendre l’augmentation des cotisations
au fur et à mesure des besoins.
Dans le cadre de nos propositions et une fois la réforme
du financement telle que décrite plus haut engagée,
nous préconisons d’augmenter les cotisations,
celles prélevées sur la feuille de paie, comme celles
versées directement par l’entreprise, au fur et à mesure
de l’apparition de besoins supplémentaires de
financement, afin de sécuriser totalement le droit à
retraite pour toutes les générations.
D’ici 2040, le COR estime que notre revenu annuel
progressera de 1,6% à 1,8% par an en moyenne,
cette augmentation de cotisation ne compromettrait
donc pas l’amélioration du pouvoir d’achat des
salariés.

Les organisations CGT, CFDT, UNSA, FSU, Solidaires, CFTC et FAFPT de l’Yonne vous donnent rendez rendez-vous pour débattre de leurs propositions communes :
- Le 11 mai à 18h 30 à Avallon, salle Gouvenain
- Le 18 mai à 18h30 à Tonnerre, salle polyvalente
- Le 25 mai à 18h30 à Auxerre, salle Vaulabelle.
- Le 8 juin à 18h30 Saint à Saint-Florentin, salle Daulé
- Le 15 juin à 18h30 à Migennes, salle de l’Armançon
- Le 22 juin à 18h30 à Sens, salle Gambetta, au marché couvert

Plateforme départementale intersyndicale sur les retraites (PDF - 202.6 ko)

RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives